Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

1er avril 1999

Une facture de 3,6 millions HT
Jean-Yves Cousin dans le rôle du chef de chantier
Jeudi dernier après-midi 25 mars, le maire de Vire n'y est pas allé avec le dos de la cuiller. En effet, en deux heures, il a inauguré six réalisations qui, au total, ont coûté la bagatelle de 3,6 millions de francs HT.

en iroko...
Le maire s'est rendu à La Dathée où le pont de bois situé immédiatement en aval du barrage proprement dit. Le premier qui avait déjà été fabriqué par le menuisier virois Guy Loret, était en chêne et datait d'une vingtaine d'années. Le nouveau a été lancé en septembre dernier. Il a été réalisé en iroko (plancher, chasse-roues et garde-corps) sur des poutrelles en acier. Montant de la facture : 53.160 F HT.

sur l'Allière
Jean-Yves Cousin a inauguré un second pont. Celui qui enjambe l'Allière et relie le chemin rural de La Mondrière (n°9) au chemin rural de La Millière (n°11), juste en aval du pont de la route de Caen (Le Pont Ferron). Les travaux ont coûté 232.044 F HT. Ils ont été réalisés en juillet et août 1998 par trois entreprises viroises : Corbin, la Société Chimique de la Route et Métal'Vire. L'état de l'ancien pont, mis à mal par plusieurs crues successives, avait amené le maire à l'interdire à la circulation. Le nouveau est plus large (cinq mètres de largeur utile pour les véhicules) et ne fait l'objet d'aucune limite de tonnage. La ville a également profité de cette occasion pour faire enrocher les rives de l'Allière, juste en amont et en aval de l'ouvrage.

en aluminium
L'Ecole de musique a également reçu la visite du maire. Les nouvelles menuiseries en aluminium posées, avant la rentrée de septembre, au niveau de l'entrée principale, de la cage d'escalier, des anciens appartements et du rez-de-chaussée de la façade de la rue des Cordeliers, ont coûté 372.675 F HT avec la maçonnerie. Le chantier avait été confié aux établissements Corbin et Chanu, de Vire.

80 places
Jean-Yves Cousin a encore découvert le nouveau parking aménagé entre octobre et janvier, au pied du pylône TDF, situé à l'entrée de la rue Georges-Fauvel et jouxtant le lycée Jean-Mermoz. Ce parking de quatre-vingts places, éclairé par sept lampadaires, a été construit par les sociétés Mangeas, de Saint-Martin-de-Landelles (Manche) et TEIM, de Vire. Il dessert le nouveau Centre de formation professionnelle continue et le lycée Mermoz en attendant l'IUT qui s'élèvera à proximité. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il ne va pas être goudronné dans l'immédiat. Le coût de ce parking, avec l'aménagement de sa sortie sur le carrefour des rues du Onze-Novembre et Georges-Fauvel et la création d'un autre petit parking de seize places devant le bâtiment du Centre de formation, s'élève à 472.326 F HT.
Enfin, le maire est allé contempler les deux murs de la rue du Promenoir et de l'Hôtel-Dieu qui ont été reconstruits respectivement en juillet-août et de juin à décembre.

83 clous
Le chantier de la rue du Promenoir a été suivi par le cabinet Antéa, d'Hérouville et les travaux ont été exécutés par la société Sotraisol-Fondations, de Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Ils ont coûté 574.040 F HT. Ils comprenaient surtout la fixation d'un treillis (fixé par quatre-vingt-trois clous d'une longueur de 3,50 mètres) sur lequel a été projeté du béton et l'injection, par des trous percés directement dans la rue du Promenoir, de vingt-deux mètres cube de coulis de béton. Ceci sans oublier la pose de dix drains pour évacuer l'eau des sources, la construction de rigoles pour recueillir cette eau et rétablir l'alimentation du bassin de M et Mme Désert-Lécluze ainsi que la remise en état des jardins de M et Mme Brière et de M et Mme Désert-Lécluze.

115 pieux
La reconstruction du mur de l'Hôtel-Dieu a nécessité la mise en place par la société Solétanche, de Nanterre, de 115 pieux de dix mètres de long en moyenne. Le mur en béton, habillé d'un parement de pierre, a été remonté par l'entreprise Zanello, de Tessy-sur-Vire. La facture s'est élevée à 1.710.910 F HT dont 1.386.390 F à la charge de la compagnie d'assurance des Ets Zanello et 324.529 F HT à la charge de la ville de Vire. Somme à laquelle il faut encore ajouter 147.300 F HT pour la consolidation des fondations de la salle Polinière.
Cette "tournée" s'est achevée à la mairie (également en... travaux) où Jean-Yves Cousin n'a pas manqué d'évoquer les... travaux de la nouvelle école de Martilly (enveloppe à définir), de la première tranche de la zone d'activités de La Papillonnière (4 millions), de l'hippodrome (6), de l'IUT (20), de la piscine (25), de la station d'épuration (50), etc !

 

Les Titres - article précédent - article suivant