Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

08 Juillet 1999

Plus un sou dans les caisses

Les pompiers voient rouge

Dimanche 4 juillet, la sirène des pompiers hurle sempiternellement sur la place du marché. Les vingt-deux hommes du feux volontaires manifestent leur désarroi : "Nous fonctionnons sans un centime en caisse depuis six mois. Le maire refuse de signer l'ensemble des conventions de la départementalisation des secours."

"Vous trouvez logique que ce soit une commerçante de Bény qui nous fasse crédit pour l'essence et que le garagiste nous entretienne gratuitement le matériel ? Le reste, c'est l'amicale des pompiers qui finance les à côtés. Nous ne pouvons plus continuer de fonctionner comme cela. Cela fait six mois que nous n'avons pas touché nos indemnités. Nous sommes fatigués d'attendre", explique Michèle Dreux, sous-lieutenant du centre de secours. Jean-Claude Duchêne, maire de Bény-Bocage, se refuse à signer l'ensemble des conventions de la départementalisation. "Il refuse la troisième qui concerne le local, ce qui bloque toute la procédure de départementalisation." Absent ce dimanche à Bény-Bocage, Jean-Claude Duchêne a affirmé lundi après-midi qu'il ne signerait pas la troisième convention, souhaitant récupéré le local des pompiers. "Les solutions sont simples : soit le département loue le local ou l'achètent. Il en résulte un manque à gagner de 2 000 à 3 000 F en moins par mois pour la ville si ce local était loué et entre 250 000 et 300 000 F, s'il était à vendre." Résultat : la situation demeure inchangée... Même si le maire déclare "ne pas laisser ces hommes tombés".