Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

22 Juillet 1999

Zoo de Jurques

Les perroquets se donnent en spectacle

A quelques centaines de mètres de la route Vire-Caen se profile le parking du zoo de Jurques. Derrière une barrière naturelle composée de hauts arbres, des cris joyeux se font entendre. Deux bambins excités cavalent vers l'entrée du zoo, traînant derrière eux leurs parents. Il est 11 h 15 et ils ne râteraient pour rien au monde le spectacle des perroquets.

Jaune, rouge, bleu ou vert, leur plumage accroche les regards. Le gradin se remplit de minute en minute. Les spectateurs en culotte courte regardent, bouche bée, les onze acteurs à plume qui s'agitent sur leur perchoir, à quelques mètres d'eux. 11 h 30, le spectacle peut commencer. Frédéric Crosils, 24 ans, présente les bruyants comédiens volatiles. Téquila, Pépito, Enzo, Speedy, Sao, Manolo, Pedro... Aras Ararauna, Aras Macao ou encore chloroptère, ces perroquets aux noms exotiques sont originaires d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud. Agés de deux ans, ils sont tous nés à Jurques. A quelques mètres du podium, quatre petits sans plume s'ébattent dans une couveuse, sous l'oeil attendri des visiteurs. Eux aussi sont nés ici, il y a à peine un mois et demi. Le zoo de Jurques est la preuve que la reproduction en captivité est possible... Dans un an, ils pourront rejoindre leurs aînés et grossir le rang de la troupe ailée.

De drôles d'oiseaux

Le silence s'est fait dans le gradin. Frédéric Crosils mènent deux perroquets sur la scène liliputienne. Un cerceau en plastique en bec, les deux aras trottinent d'un bout à l'autre du minuscule podium pour les placer dans des tubes. Les enfants, bouche bée, applaudissent. Et ce n'est qu'un début. Les perroquets aiment l'exercice et le prouvent. Un premier fait du patin à roulettes, un deuxième du skate-board, un troisième du vélo... Un ara plus civilisé (ou plus fainéant !) préfère se promener en voiture. Manque de chance : c'est la panne d'essence. Pas de panique. Il va chercher du carburant à l'aide d'une jerrican. Le capot de la jeep ouvert, il remplit le réservoir et c'est reparti ! Un Mickaël Jordan à plumes lui succède et marque des paniers. Sportifs, ces perroquets. Démonstration est faite qu'ils sont agiles. Frédéric Crosils démontre au public ébahi que les aras sont également doués d'intelligence. Il s'improvise pour cela magicien. Il place un perroquet devant trois cloches. Il dissimule un petit anneau en dessous d'une et mélange les cloches sous le regard hacéré de l'animal. Le tour est répété deux fois, et à deux reprises l'ara devine où se cache l'objet. "Je serai incapable d'en faire pareil", s'entend dire une mère de famille bluffée. Observateurs, les perroquets sont aussi matheux. Frédéric demande un chiffre au public et propose une multiplication simple à un oiseau. Le résultat retentit : l'oiseau martelle sur une sonnette le nombre exact, sous l'ovation des petits et des grands. Les perroquets ont bien travaillé, ils ont droit à un peu de repos. Ils jouent encore deux fois cet après-midi. Le gradin se vide. Les visiteurs s'enfoncent dans les petits chemins à la découverte des autres animaux sauvages.

Têtu... comme un perroquet

Mis en place l'été dernier, le spectacle des perroquets a nécessité six mois de dressage par un professionnel. "Les perroquets sont de nature joueurs. C'est un besoin. Ils sont très intelligents et curieux. Ils apprennent vite et certains retiennent des numéros en regardant les autres jouer", explique Frédéric Crosils, leur ange-gardien. "Ils me reconnaissent et sont très affectueux envers moi. Ils recherchent les caressent comme n'importe quel animal de compagnie. Mais ce n'en est pas un", dit Frédéric Crosils. Le perroquet nécessite une présence quotidienne et des soins particuliers. De plus, la vie moyenne d'un ara est de 80 ans. Aucun défaut ? "Ils sont très caractériels. S'ils ne veulent pas jouer, ils ne le feront pas. C'est comme ça. Ils sont également peureux. Un exemple : quelque chose a apparemment effrayé Manolo. Il n'a pas joué ce matin", ajoute-t-il en caressant la tête de Manolo. "On va essayer...", dit-il en s'éloignant. Il revient avec un puzzle et le présente devant l'ara. Il se met à l'oeuvre et replace les différentes formes géométriques aux endroits respectifs. "Il y a une demi-heure il ne voulait pas jouer mais maintenant ça va mieux. C'est comme ça avec les perroquets", déclare-t-il, le sourire aux lèvres.
Zoo de Jurques, A84, sortie n°42. Ouvert de 10 h à 19 h l'été. Tarifs : 55 F pour les adultes et 25 F pour les enfants âgés de 3 à 12 ans. Tél : 02.31.77.94.12.

 

Les Titres - article précédent - article suivant