Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

8 avril 1999

Le Bellaie … Clinchamps
le CAT a du bois et des idées !

Depuis le début de l'année, le Centre d'Aide par le Travail (CAT) du Bellaie que dirige Eric Sanson, à Mesnil-Clinchamps, à deux pas de Vire, est chauffé par une toute nouvelle chaudière fonctionnant au bois.

500 tonnes par an

Il faut dire que l'établissement qui accueille soixante-treize adultes handicapés mentaux en CAT (fabrication de palettes, horticulture, maraîchage et condtionnement) et quinze autres en Atelier Protégé (espaces verts), ne pouvait faire que ce choix puisqu'il dispose de la matière première et qu'il a d'importants besoins en énergie, notamment pour chauffer ses 2.000 m² de serre.

La nouvelle chaudière du Bellaie (l'ancienne, également au bois, ne correspondait plus aux normes, était trop faible et menaçait en permanence de tomber en panne) brûle donc les chutes de bois provenant de la fabrication des palettes neuves ainsi que les vieilles palettes qui ne sont plus réparables ainsi que celles qui sont récupérées auprès d'entreprises locales (Labinal, Le Profil, etc) ou directement d'entreprises de traitement des déchets comme Onyx qui les lui donne.

Les palettes sont stockées sur une plate-forme de 3.000 m² puis déchiquetées et déferraillées par un intervenant extérieur disposant d'un broyeur. Le bois ainsi déchiqueté est ensuite stocké sous un hangar couvert (400 m³) qui, lorsqu'il est plein, assure près de trois mois d'autonomie au système. Sous ce hangar se trouve également le silo (90 m³) qui alimente directement la chaudière avec une autonomie de quatre jours par grand froid. L'alimentation de la chaudière est assurée automatiquement, en fonction des besoins, par un système d'échelles et de racleurs disposé en fond de silo et actionné par des vérins hydrauliques. Le bois est convoyé par une bande transporteuse et l'injection automatique dans le foyer se fait grâce à un piston-poussoir. Sa consommation annuelle a été évaluée à environ 500 tonnes.

887.216 F moins les subventions

La puissance de cette chaudière fabriquée par les Ets Compte, à Arlanc, dans le Puy-de-Dôme, est de 1.200 kW. Du coup, elle peut très facilement assurée le chauffage des 2.500 m² de locaux et des 2.000 m² de serres (de la mi-septembre à la mi-mai) ainsi que la production d'eau chaude sanitaire. Sa puissance a d'ailleurs été calculée en fonction des extensions de locaux et de serres qui sont encore prévues dans un avenir proche. La fumée est traitée (notamment dépoussiérée) et les cendres (évacuées manuellement une fois par semaine) ne posent aucun problème puisqu'elles sont mélangées au compost.

Cette chaudière et son installation ont coûté 887.216 F HT. Le surcoût par rapport à une chaudière plus "classique", a été largement compensé par une subvention du Conseil régional de 132.070 F et une autre de l'Agence pour la Défense de l'Environnement et la Maîtrise de l'Energie (ADEME) de 294.665 F. Le public pourra d'ailleurs découvrir cette nouvelle chaudière qui permet de sérieuses économies par rapport au gaz ou au fioul, lors de la journée portes ouvertes que l'établissement fondé en 1985, géré par l'APAEI que préside Michel Angélique et devenu, en quelque sorte, un site pilote dans la filière bois, organisera le samedi 8 mai prochain, de 9 à 17 h.

 

Les Titres - article précédent - article suivant