Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

26 Août 1999

Jumelage

A quand une "rue de Bouffioulx" à Vire ?

Les communes de Campagnolles (390 habitants) et de Bouffioulx (5.500 habitants) ont fêté le trentième anniversaire de leur jumelage les samedi 21 et dimanche 22 août. A cette occasion une délégation emmenée par le maire de Campagnolles Gérard Denis, le président du comité de jumelage Bouffioulx-Campagnolles Gérard Staquet et le premier adjoint buffalonien de "l'entité" Chatelet-Chatelineau-Bouffioulx créée en 1976 (38.000 habitants, jumelée depuis cinq ans avec Vimoutiers), a été reçue à la mairie de Vire, le samedi matin 21 août, par le premier adjoint Claude Foucault. Il faut dire que dans l'histoire de ce jumelage initié notamment par Roger Fossey, à l'époque secrétaire de mairie de Campagnolles, Vire a toujours été partie prenante.
La charte de jumelage Bouffioulx-Campagnolles a été signée à Bouffioulx en 1968 et à Campagnolles en 1969. Depuis cette date les échanges n'ont pas cessé. Désormais, ils ont lieu les années se terminant par 3 et 8 à Bouffioulx et les années se terminant par 4 et 9 à Campagnolles. Autrement dit tous les... quatre-cinq ans !

Août 1914

Ce jumelage a pour origine la bataille de Charleroi (à quinze kilomètres de Bouffioulx) d'août 1914. Bataille au cours de laquelle pas moins de trois cents soldats français sont tombés sur la seule commune de Bouffioulx dont, le 22 août 1914, un certain Albert Duval, 20 ans, natif de Campagnolles, dont le corps n'a pas été retrouvé immédiatement après la bataille et qui, ensuite, a été inhumé sous le monument aux morts inauguré en 1926. A noter que ce même 22 août 1914, le frère d'Albert Ducval, Désiré Duval, a été tué à Farciennes, à quelques kilomètres de Bouffioulx.
Roger Fossey a rappelé qu'à Bouffioulx existent une Rue Albert-Duval, une place de France, une résidence de Normandie, une rue du Bocage, une rue de Campagnolles, une rue du Calvados et une rue de Vire. Il a proposé que Vire (qui n'a malheureusement plus de rue du Calvados) pense un jour à baptiser l'une de ses voies "rue de Bouffioulx". Quant à M Staquet qui était accompagné de Marcel Biron, maire de Bouffioulx à l'époque du jumelage, il a offert à Claude Foucault une chope tournée par un potier local (trois sont encore en activité sur les vingt qui existaient autrefois) et une bouteille de bonne bière.

 

Les Titres - article précédent - article suivant