Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

09 Septembre 1999

Jean Glavany

Sous le soleil du SAFIR

Jean Glavany, ministre de l'Agriculture et de la Pêche, gardera sans doute un bon souvenir de son déplacement en pays séverin, le jeudi matin 2 septembre, pour l'inauguration du onzième Salon des Fourrages et des Initiatives Rurales (SAFIR) dit "de Saint-Sever" qui se déroulait en fait sur la commune de Courson et qui y a attiré 40.000 visiteurs. Tout d'abord un soleil radieux l'a accompagné pendant tout son déplacement (il a même baigné le SAFIR pendant les quatre jours qu'il a duré !). Ensuite, malgré un climat général plutôt tendu à cause, notamment, de la baisse du prix du lait (5,4 centimes de moins sur la paye du mois d'août, soit 1,956 F contre 2,010 F l'an dernier à la même époque), cette visite ministérielle s'est déroulée dans le calme. Il faut dire que le ministre avait lui-même modifié son emploi du temps, la veille au soir et avancé d'une demi-heure son arrivée sur le site, pour pouvoir accorder environ dix minutes d'entretien à chaque organisation syndicale : FDSEA, URDAC-Coordination rurale et Confédération paysanne. Seule l'URDAC avait d'ailleurs émaillé les routes menant aux parkings de quelques slogans du style "Lait, halte à la baisse", "Retraite = misère" ou "CTE = poudre aux yeux".

Le prix du lait

Evidemment, les discussions ont porté pêle-mêle sur le prix du lait, le Contrat Territorial d'Exploitation (CTE), la mondialisation en général et l'attitude des Etats-Unis en particulier (sans oublier l'affaire José Bové), la modulation des aides européennes, le rôle de la grande distribution, la question de l'épandage des boues des stations d'épuration (la FRSEA réclame "une rencontre citoyenne" sur ce thème), les organismes génétiquement modifiés, le problème de l'installation des jeunes (l'aide aux jeunes pourrait être accompagnée d'une aide aux "vieux"), la question des retraites qui tournent autour des 3.000 F, les GAEC, les taxes environnementales, etc. A l'heure des discours officiels, les oreilles du ministre n'ont pas dû siffler beaucoup plus. En effet, les interventions du président du SAFIR Michel Anquetil, du président de la Chambre d'agriculture Jean Soulas et du président national des CUMA Joseph Beaugeard, sont restées dans la ligne et le plus souvent très techniques.

"Provoquer de la solidarité"

Dans sa réponse, Jean Glavany a surtout souligné le rôle important des CUMA qui "provoquent de la solidarité" et recommandé à ceux qui, comme Jean Soulas, trouvent que sa politique "manque de lisibilité" de... lire le texte intégral de la loi d'oreintation agricole qui vient d'être votée et qui "constitue le programme du gouvernement et de la majorité". Concernant l'affaire José Bové, il a déclaré : "Je n'aime pas que les responsables syndicaux soient en prison. Mais ce n'est pas la faute du gouvernement. D'ailleurs, s'il en sort ce ne sera pas, non plus, grâce au gouvernement. La justice est indépendante. Je comprends la colère des agriculteurs face aux mesures de rétorsion américaines mais il ne faut pas casser."

Marcel Restout et Georges Coquelin

Au cours de la conférence de presse qui a suivi, Jean Glavany qui était entouré du préfet Hubert Fournier et des députés de Vire Alain Tourret (PRG) et Laurence Dumont (PS), a même eu droit aux éloges de Marcel Restout, conseiller général (UDF) du canton de Saint-Sever. Du coup, il s'est trouvé quelques observateurs pour juger que le ticket Alain Tourret-Marcel Restout, lors des prochaines élections législatives, pourrait être un ticket gagnant ! Jean Glavany, avant de déjeuner en privé à la Butte aux Cerfs, à Saint-Germain-de-Tallevende, a encore eu le temps de remplir la deuxième page du livre d'or de Courson. Sous l'oeil du maire Georges Coquelin, il a écrit : "Merci à la commune de Courson et à ses élus de leur accueil et d'avoir hébergé cette très belle manifestation qui fait honneur au monde rural".

 

Les Titres - article précédent - article suivant