Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

23 Septembre 1999

Neuvième édition

Pas d'eau pour la Fête du Cidre !

Les organisateurs de la neuvième Fête du Cidre de Maisoncelles-la-Jourdan ont eu bien de la chance, dimanche dernier 19 septembre. En effet, s'il a plu très fort en milieu de matinée, le ciel avait bleui pour la sortie de la messe célébrée en l'honneur de saint Amand et la pluie n'a fait sa réapparition que vers 17 h, alors que le gros de la fête était passé ! Yvette Degrenne, maire de Maisoncelles, notait d'ailleurs, en croisant les doigts que depuis 1990, cette fête a toujours été préservée du mauvais temps.

1.200 déjeuners !

Reste que cette neuvième édition sera à marquer d'une pierre blanche puisque le record des convives a été battu lors du repas du midi. Environ 1.200 personnes ont déjeuné sous la toile et il a même fallu refuser du monde ! Quant à la fête proprement dite, elle a connu son audience habituelle. Elle a été animée notamment par la Confrérie de la Véritable Andouille de Vire (lire dans Maisoncelles) et le groupe folklorique normand La (comme on disait du côté de Saint-Lô) Quadrille, de Jurques. Ce groupe fondé en 1990 par Michel Tirard et Josette Chemin, réunit, "dans le respect de la tradition", une trentaine de membres dont plusieurs musiciens (accordéons, vielle et violon). De son côté, Jean Levallois, de Truttemer-le-Petit, avait décidé de montrer aux gens d'aujourd'hui comment travaillait le cerclier d'autrefois. Avec les outils de son grand-père, datant pour certains de 1864, il a fendu les gaules de châtaignier et formé les cercles qui entourent les tonneaux. Dans le temps, un bon cerclier pouvait sortir cinq douzaines de cercles de quatorze pieds dans sa journée.

Du gruyère ornais...

Le public a également pu assister à l'envol d'une quarantaine de pigeons voyageurs appartenant à des membres du club La Colombe du Pré-Bocage, dont MM Aubert, d'Anctoville et Brionne, de Villers-Bocage. Des pigeons pas toujours très "chauds" pour décoller du fait que ces athlètes "sont actuellement en pleine période de repos et de mue". Au fil des stands, les visiteurs ont encore pu admirer les oeuvres de Claude Moncarré, l'aquarelliste local qui s'attache à peindre "tout ce qui fiche le camp", découvrir une petite partie des centaines de variétés de pommes qui peuvent exister dont "la tête de brebis", "la closette aigre" ou la... "belle fille de Maisoncelles", s'étonner en apprenant que Gérard Mercier, de Saint-Sauveur-de-Carrouges, dans l'Orne, produit avec le lait de ses vaches un excellent "gruyère de Carrouges" ! Tout ceci, bien sûr, sans oublier, l'ensemble des métiers traditionnels représentés tout autour du grand champ du Prieuré et toutes les techniques de "pilaison" inventées par nos grands-parents pour extraire de la pomme ce si bon jus qui, avec le temps, produit un cidre gouleyant à souhait.
 

Les Titres - article précédent - article suivant