Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

15 avril 1999

98 chez Guy-Degrenne
une année... historique !

L'année 1998 a été historique chez Guy-Degrenne. Tout d'abord parce que cette année-là a été celle du cinquantenaire de la fondation de l'entreprise. Ensuite parce qu'elle a été marquée par un bond en avant de 15,7% du chiffre d'affaires et même de 18% à taux de change constants, alors que la tendance depuis dix ans était plutôt de l'ordre de 7% d'augmentation par an ! Ces chiffres ont été présentés, vendredi dernier 9 avril, à Vire, par les deux directeurs généraux Xavier Ruffi de Pontèves et Charles-Edouard Tayart de Borms.

33,7% à l'exportation !

Le total des ventes a atteint 795,1 millions de francs contre 687 millions en 1997. Cette énorme progression, sur un marché globalement stable voire même en déclin, s'explique principalement par une percée à l'international avec des exportations qui, grâce à une politique volontariste de prix, sont passées de 177,6 à 267,8 millions, soit une progression de plus de 50%. Du coup, la part de ces mêmes exportations dans le chiffre d'affaires a bondi de 25,9 à 33,7%.

Au cours du premier trimestre 1999, les ventes de produits ont progressé de "seulement" 5,1% par rapport au premier trimestre 1998 qui, lui-même, était en augmentation de 13,3% par rapport au premier trimestre 1997. Les dirigeants du groupe pensent d'ailleurs que cette croissance de 5% sera celle de l'année tout entière.

"saisir les opportunités"

Durant cette année 1999, ils sont bien décidés à "saisir les opportunités d'acquisition permettant de renforcer leur leadership européen". Autrement dit Guy-Degrenne qui employait environ 1.150 salariés en 1998, dont 120 à Sourdeval et 750 à Vire, est parti à la chasse aux entreprises à racheter et a "déjà quelques idées".

Au plan local, avec le concours de l'AIFCC, Guy-Degrenne a mis en place un programme de formation par alternance (BTS, bac pro, formation continue) qui lui donne entière satisfaction. Dans les mois qui viennent, il va ouvrir un magasin d'usine à Sourdeval et agrandir la Boutique de Vire où, comme à Caen, les consommatrices pourront suivre gratuitement des cours de cuisine et de décoration de porcelaine. Alors que le "pôle des arts de la table et de la gastronomie" est tombé à l'eau, le projet de Musée du Couvert qui pourra être abrité dans l'actuel musée de Vire, va être relancé cette année.

le dossier Butagaz

Enfin, le groupe se déclare satisfait des dernières évolutions du dossier Butagaz. Les deux directeurs généraux du groupe apprécient les nouvelles selon lesquelles une partie des installations de Butagaz devrait être déménagée, avec le concours financier de la ville et de la région ce qui permettrait de réduire sérieusement le rayon du périmètre de sécurité dans lequel rien de neuf ne peut être construit. Ils expliquent : "Nous avons déjà dû transférer à Quingey, près de Besançon, l'atelier des couverts-couleur qui employait vingt-cinq salariés de l'autre côté de la rue de La Bastière. Ceci nous a permis de récupérer de la surface pour la logistique. Vous iamginez bien que la croissance que nous connaissons est mangeuse de surface dans ce domaine. Ceci dit, si nous ne pouvons pas développer assez rapidement la plate-forme logistique par où, il faut le rappeler, toutes nos expéditions passent, nous en tirerons immédiatement les conséquences quant à sa localisation et, par voie de conséquence, quandt à la localisation du siège social."...

 

Les Titres - article précédent - article suivant