Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

29 avril 1999

Vire-Les Maures
3.062.269 F pour 14,5 km de randonnée

Il y avait foule samedi matin 24 avril, aux abords de l'ancienne gare de Saint-Germain-de-Tallevende pour l'inauguration de la partie calvadosienne du chemin de randonnée aménagé sur l'ancienne ligne SNCF Vire-Mortain. Près de trois cents personnes parmi lesquelles des joggeurs et des vététistes virois, tallevendais et sourdevalais mais aussi de nombreux élus dont la présidente du Conseil général Anne d'Ornano, le sénateur Ambroise Dupont, les conseillers généraux Albert Bazire (Sourdeval), Claude Hamelin (Aunay), Xavier Lebrun (Villers-Bocage) et Olivier Stirn (Vire), le conseiller régional et maire de Vire Jean-Yves Cousin, le maire de Saint-Germain-de-Tallevende Bernard Amand et le président du Pays d'Accueil Alain Declomesnil également conseiller général du canton du Bény-Bocage ainsi que son prédécesseur André Lerebours.

Caen-Condé

De l'ancienne gare, ces personnalités dont certaines, comme Olivier Stirn (chemise à carreaux, pantalon de velours et baskets), avaient revêtu une tenue tout à fait adaptée, ont gagné en car le parking de la route de Sourdeval d'où elles sont revenues à pied jusqu'à l'ancienne gare, après trois kilomètres de marche, par un temps miraculeusement idéal. Là, Anne d'Ornano a coupé le ruban tricolore aux rythmes de l'Harmonie municipale de Vire dont les musiciens inauguraient leur nouvelle veste oscillant, selon la lumière, entre le vert et le gris.

M Leconte, directeur des services techniques du département, était parmi les plus satisfaits de cette balade et déclarait : "Voilà ce que l'on est capable de réaliser quand on veut bien nous laisser faire". Allusion aux "irréductibles" qui s'opposent, en espérant pouvoir y maintenir le train, à un aménagement semblable de la ligne Caen - Condé-sur-Noireau - Flers.

Le cortège s'est ensuite engouffré sous un chapiteau où était notamment présentée une exposition sur l'histoire parfois tragique (une catastrophe ferroviaire y fit sept morts en 1911) de cette ligne construite dans les années 1880 par le futur père du métro parisien Fulgence Bienvenüe et qui aura vécu tout juste un siècle.

Vire-La Graverie

A l'heure des discours, alors que le public dont l'appétit avait sans doute été aiguisé par la marche, s'était déjà jeté sur le buffet, le maire de Saint-Germain a souhaité la réhabilitation de la halle de l'ancienne gare et le président du Pays d'accueil l'aménagement prochain, dans les mêmes conditions, de la ligne Vire-La Graverie.

Enfin, Anne d'Ornano a rappelé le cheminement de tout ce dossier. La portion Vire-Mortain de l'ancienne ligne Vire-Fougères parcourt 34,5 kilomètres à flanc de collines. En 1996, le conseil général de la Manche a aménagé en chemin de randonnée la partie située sur son territoire (20 km). Pour sa part, le conseil général du Calvados a acheté 442.000 F à la SNCF, le 16 décembre 1996, la partie calvadosienne, soit 14,5 kilomètres ou 32 hectares situés sur les communes de Saint-Martin-de-Tallevende, Coulonces et Saint-Germain-de-Tallevende.

Afin de définir la nature des aménagements à réaliser (par la subdivision de l'Equipement de Vire), le conseil général a constitué un groupe de pilotage composé de représentants des communes concernées, du Pays d'accueil, du département, de l'Equipement, du Comité départemental du tourisme, de l'Office de tourisme et de la MJC de Vire, etc. Ce groupe s'est réuni six fois.

Désaffectée depuis une dizaine d'années, l'ancienne voie ferrée était envahie par la végétation. Les premiers travaux, en décembre 1997, ont donc été des travaux de débroussaillage. La reconstruction de deux ponts et la réfection de dix autres ouvrages se sont imposées pour des raisons de sécurité vis à vis du public.

10.000 m³ de sable

Après quoi, la réalisation du chemin proprement dit a été possible. Plus de 10.000 m³ de sable, provenant des carrières Beaufils de Saint-Martin-de-Tallevende, ont été nécessaires.

Enfin, des panneaux de signalisation et d'information, des parkings et des aires de pique-nique ont été mis en place afin de permettre aux promeneurs d'accéder à cet "espace-randonnée" et de s'y repérer. Cet espace a été officiellement livré au public qui s'en était déjà emparé bien avant, le 19 septembre 1998. Le montant total de la facture s'est élevé à 3.062.269 F dont 1.666.812 F rien que pour la réalisation du chemin par la société Beaufils. La note a été essentiellement payée par le département qui a reçu une aide de l'Europe à hauteur de 871.444 F.

Mme d'Ornano a conclu : "La réalisation de cet aménagement a été précédée d'une courte mais efficace phase de concertation avec les acteurs locaux, notamment les riverains et les utilisateurs potentiels. A titre d'exemple, les agriculteurs ont exprimé le souhait de pouvoir franchir la voie à certains endroits. Du coup, onze passages ont été équipés avec des barrières. De même, le choix du matériau de surface du sentier a été défini en liaison avec les associations de randonneurs."

L'après-midi, diverses randonnées à pied, en VTT ou à dos d'âne ont été organisées. Enfin, la balade au clair de lune a rassemblé environ cent cinquante personnes. Il faut enfin savoir que ce chemin relie déjà Vire à Saint-Hilaire-du-Harcouet, via Sourdeval et Mortain et que le Mont Saint-Michel, lui-même, sera accessible par cette même voie d'ici deux à trois ans.

 

Les Titres - article précédent - article suivant