Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

6 Mai 1999

Au conseil municipal
Les boues étudiées plus longtemps que prévu !

Convoqué l'autre lundi 26 avril, le conseil municipal de Vire a évoqué la question du traitement des boues de la station d'épuration. Ce dossier a été confié au cabinet Proval, de Bihorel (Seine-Maritime). Le marché prévoyait un délai de deux mois pour la réalisation de l'étude. Mais le cabinet a pris du retard pour des raisons qui ne lui sont pas imputables. Tout d'abord, les données existantes sont apparues insuffisantes et n'ont pas permis de disposer à temps de l'ensemble des éléments nécessaires, notamment sur la nature des boues produites par un des deux industriels concernés (La Compagnie des Fromages et Charles-Amand). Ensuite, la rédaction du cahier des charges n'a pas suffisamment insisté sur la nécessité d'étudier l'hypothèse de la dissociation des boues produites par la ville de celles produites par les deux industriels. En conséquence, les élus ont décidé de prolonger de deux mois et demi le délai d'exécution de l'étude.
Le traitement dissocié des boues est actuellement préconisé par les pouvoirs publics car il permet de les suivre de l'origine jusqu'à la parcelle où elles sont épandues. De son côté, la ville de Vire penche plutôt pour le mélange qui aurait une meilleure valeur agronomique et qui lui éviterait d'avoir à construire trois systèmes de traitement et d'épandage différents.

De tout un peu

Zone d'activité de La Papillonnière : une parcelle de 10.110 m² est vendue à l'AFMIP et une autre de 32.300 m² aux Transports Guisnel.
Notre-Dame : l'aide de l'Etat pour les monuments historiques étant insuffisante, seul le rejointement du dôme de la Porte-Horloge et la restauration de son cadran vont être réalisés cette année. Les travaux de maçonnerie sur le donjon et d'étanchéité sur l'église Notre-Dame attendront.
Les Champs de Tracy : la décision de nommer un lycée appartient au Conseil régional après accord du conseil d'administration de l'établissement et de la commune d'implantation. Le conseil municipal est favorable à ce que le lycée agricole prenne le nom de Lycée agricole des Champs de Tracy, en référence au lieu-dit où il est implanté. Une plaque portant ce nom sera inaugurée à l'occasion des fêtes de son trentième anniversaire, le samedi 29 mai.
Chemin de La Lauvière : une extension du réseau d'eaux usées dans le Chemin de La Lauvière va être réalisée. Pour ce faire, un crédit de 320.000 F HT a été inscrit au budget primitif 1999.
Centre de loisirs Olivier-Basselin : un nouvel enrochement, permettant de "résoudre les problèmes d'inondation" va être réalisé au centre Oliver-Basselin, dans les Vaux de Vire, en concertation avec la Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt. Un crédit de 228.000 F TTC figure au budget primitif 1999 pour cela.
Service des espaces verts : la cour du service des espaces verts va être goudronnée. Un crédit correspondant de 150.000 F TTC figure au budget primitif 1999.
Voirie : des travaux de voirie vont être exécutés pour un montant de 1.433.000 F TTC se repartissant comme suit : 63.000 F pour le carrefour de la rue Marcel-Foubert et de l'impasse Jules-Jeannin, 65.000 F pour la rue du Promenoir en surplomb de la propriété Brière, 215.000 F pour la rue Jean de La Varende où un réseau pluvial va être créé afin d'améliorer la situation dans la rue René-Chatel (celle de l'Hôtel des Ventes) sujette aux inondations, 240.000 F pour le lotissement de l'Orée Saint-Clair, 330.000 F pour la route de Caen (du calvaire de Neuville à la rue Raymond-Berthout) et 520.000 F pour la rue de La Planche.
Ecoles : un nouveau programme (après celui, déjà important, de 1998) d'acquisition de jeux de cour d'école et de remise aux normes de jeux existants, est arrêté pour un montant de... 720.200 F TTC. Le coût de cette opération est subventionnable à 50% par l'Etat. Les travaux seront réalisés en grande partie pendant les mois de juillet et août. Par ailleurs, la ville va fournir sept scanners, sept imprimantes, dix micro-ordinateurs, etc, aux écoles élémentaires. La dépense est de l'ordre de 150.000 F TTC, subventionnable à hauteur de 50% par le département.
TEIM : la ville vend à la TEIM une parcelle de 1.700 m², jouxtant sa propriété, avenue de Bischwiller, afin de lui permettre de s'agrandir.
Saint-Martin-de-Tallevende : la ville décide l'achat d'une surface de 1.575 m² nécessaire à l'élargissement de la route qui mène de la route de Saint-Sever au bourg de Saint-Martin-de-Tallevende (VC 3).

 

 

Les Titres - article précédent - article suivant