Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

27 Mai 1999

Jardins de l'Allière

La liste d'attente s'allonge...

Le maire de Vire, accompagné des présidentes du Centre communal d'action sociale Alberte Eude et de l'Association des Jardins de l'Allière Dominique Rogine, a inauguré les jardins familiaux du bout de la rue de La Sorrière (derrière Filtrauto où travaille justement Mme Rogine). C'était samedi dernier matin 22 mai.

20 F par mois

Le Jardin de l'Allière qui domine effectivement la vallée de la rivière du même nom, comprend onze parcelles de 150 à 175 m² et un "terrain convivial" engazonné de 200 m² doté d'une table de pique-nique. Les onze jardiniers ont reçu leurs clés (celle de l'entrée et celle de leur abri de jardin), le 28 juillet 1997 et l'association qui gère ces jardins sous couvert du CCAS, a été fondée le 9 octobre 1997, son premier président étant Jean-Michel Huet. Les premiers loyers (20 F par mois et par parcelle) ont été perçus en novembre 1997. Dominique Rogine a été élue présidente de l'association en novembre 1998 et le point d'eau (qui évite aux jardiniers de descendre en chercher jusqu'à la rivière) a été installé en mars dernier. Au total, la création de ces jardins familiaux aura coûté à la ville aux alentours de 305.000 F ce qui met, quand même, la parcelle à près de 28.000 F.
A l'heure de l'inauguration, Jean-Yves Cousin a souligné que ce projet lui tenait à coeur depuis longtemps et a rappelé l'expérience antérieure lancée, en partenariat avec le Centre social, dans des jardins qui se trouvaient derrière le commissariat de police.

Maudits lapins !

Quant à Mme Rogine qui juge que les jardins familiaux "ne pouvaient pas être mieux situées, à égale distance de La Planche et du Val de Vire", elle a encouragé le maire à développer cette opération puisque la liste d'attente compte déjà une demi-douzaine de noms. Elle a surtout insisté sur le plaisir que ces jardins peuvent procurer à leurs locataires : "C'est une occasion de sortir de son appartement et de se détendre." D'autant plus que l'ambiance entre jardiniers est au beau fixe et même peut-être un peu trop conviviale car, comme le signale la présidente, "on part dans l'idée de jardiner deux heures et, en fait, on discute au moins une heure avec tout le monde !".
Pour marquer cette inauguration, le maire n'a pas coupé de ruban tricolore mais il a planté un saule pleureur sur "le terrain convivial" et sous l'oeil de tous les jardiniers qui n'ont finalement que trois soucis : le vent qui vient de loin d'où l'idée de planter une haie de palmes, les limaces que l'on peut quand même piéger dans des petits pots en verre remplis de bière car ces bestioles adorent ça et les lapins qui arrivent à passer la clôture et qui, l'endroit étant certainement très agréable pour eux, ont même réussi dernièrement à y creuser une garenne !

 

Les Titres - article précédent - article suivant