Le Bocage Libre
Les Titres - article précédent - article suivant

 

27 Mai 1999

Premier rassemblement

Près de cent Degrenne dans la vallée de l'Egrenne !

Pour la première fois, les Degrenne (ou Dégrenne) se sont rassemblés. Ils ont été près d'une centaine à répondre, dimanche dernier 23 mai, à l'invitation lancée par Jean-Claude Degrenne, professeur retraité d'anglais, habitant la commune de Maisoncelles-la-Jourdan dont son épouse est maire.
Et comme les Degrenne (ou Dégrenne) "ne sont pas Danjou, Dumaine, Debray, Decaen, Décosse, Dufresne, Delanoë, Delaroque, Daunay, Deslandes, Desvaux, Dubois, Duchemin, Dutheil ou Dubourg" mais bien d'Egrenne, ils avaient symboliquement rendez-vous à Chaulieu où naît l'Egrenne qui rejoint l'... Atlantique après avoir mêlé ses eaux à celles de la Varenne en aval de Domfront, puis de la Mayenne, du Maine et de la Loire.
La plupart étaient venus de la Basse-Normandie toute entière mais d'autres avaient fait le déplacement du Mans, de Nantes et même de Saint-Maximin, dans le Var. Guy Degrenne, le plus célèbre d'entre eux, devait être de la fête mais en a finalement été empêché et s'en est excusé.
La matinée et l'après-midi ont été consacrées à la découverte de cette si pittoresque vallée de l'Egrenne qui donne parfois au promeneur l'impression de se trouver à la montagne et qui passe sous de très beaux ponts de pierre dont celui du Gué de La Motte, sur l'ancien chemin Tinchebray-Yvrandes-Ger. Le midi, les Degrenne ont été accueillis par leurs homonymes de Lonlay (principale agglomération baignée par l'Egrenne) qui leur ont offert l'apéritif avant que le pique-nique ne soit sorti des sacs à l'ombre de l'abbaye, sur le pré communal. L'occasion aussi, pour eux, de visiter l'exposition de documents "degrenniens" présentés par Jean-Claude Degrenne et d'apprendre, par exemple, que, selon l'internet 555 personnes en France et dans le monde s'appellent Degrenne, que la branche de Tinchebray où se trouve le village de La Dégrennerie, remonte pour le moment jusqu'à un Jean Degrenne, "bourgeois de Tinchebray" né en 1580 et mort en 1654, que les rameaux de Degrenne étaient si nombreux à Tinchebray qu'il a été utile de donner à chacun un sobriquet : les Grenadiers, les L'Envol, les l'Empereur, les Colas, les Co(qs) Rouges, les Minette, les Coraux, les Père Curé, les Frère Prêtre, les Décale, etc.
Des tableaux faisaient également le recensement des Degrenne portant le même prénom (ainsi existe-t-il aujourd'hui au moins trois Gérard Degrenne ou trois Michel Degrenne) ou des mariages entre Degrenne (on en dénombre au moins dix-sept depuis la révolution, le dernier ayant été célébré en 1963, entre François Degrenne, 26 ans, aujourd'hui épicier en gros à Vire et Nicole Degrenne, 25 ans).
On y trouvait encore un panneau sur lequel, par exemple, Lucie Degrenne demandait si elle avait "un double" pendant qu'un autre Degrenne suggérait la création d'un site "Degrenne" sur l'internet. Mais aussi un livre d'or sur lequel un Degrenne avait écrit : "Et moi qui croyait que tous les Degrenne se ressemblaient !"...

 

Les Titres - article précédent - article suivant